Justice, c'est nous

Keith Reimer, Karen Moore et Kyle Friesen

Photo de Keith Reimer, Karen Moore et Kyle Friesen

Elles ne sont pas montées sur le podium, mais les équipes du ministère de la Justice du Canada ont participé en coulisses aux Jeux olympiques d'hiver de 2010 et elles méritent au moins la médaille d'or.

Ce fut l'un des plus grands rassemblements sportifs au monde, mais aussi le plus vaste déploiement en temps de paix d'opérations policières et de sécurité sur terre, dans les airs et en mer au Canada, mobilisant 7 000 agents de police et 4 000 membres des Forces canadiennes et du personnel de sécurité du secteur privé.

Plus de 35 organismes et ministères fédéraux étant mis à contribution, il ne faisait aucun doute qu'une équipe d'avocats de Justice était nécessaire pour répondre aux enjeux juridiques éventuels avant, pendant et après les Jeux.

En cas de crise pendant les Olympiques, par exemple, de nombreuses activités policières auraient nécessité une aide juridique immédiate.

En vue de cette éventualité, Kyle Friesen, avocat-conseil par intérim du Portefeuille de la sécurité publique, de la défense et de l'immigration au Bureau régional de la C.-B. (BRCB), fut l'un des quatre avocats postés au Centre de commandement du Groupe intégré de la sécurité à Richmond Sud.

Dans le cadre de leur travail à ce centre chargé de surveiller la sécurité aux Jeux olympiques, les avocats devaient pouvoir donner sans délai des conseils juridiques à l'officier supérieur de la GRC en devoir, en cas d'incident.

Le Réseau national de Justice des Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver comprenait 120 avocats représentant nombre d'organismes et ministères fédéraux ayant un rôle à jouer pendant les Jeux olympiques.

« Nous nous sommes préparés à tous les risques et menaces possibles et nous avons évalué leur probabilité, du manque d'eau potable jusqu'à un acte de terrorisme », dit Kyle, conseiller juridique depuis six ans au Groupe intégré de la sécurité, qui compte plus de 500 membres provenant d'une vingtaine d'organismes.

Le nombre de sites aménagés indique l'ampleur de ce défi colossal : on comptait environ 185 lieux d'activités officiels des Olympiques à Vancouver, à Whistler et à proximité, notamment des stades de sport, des pistes de course, des pistes de ski alpin, des villages d'athlètes, des lieux d'hébergement des personnalités, des sites d'expériences olympiques sans frais, des pavillons, des tentes de célébrations et des secteurs désignés pour les manifestations.

Le BRCB était une autre composante centrale des préparations et de la participation du Ministère avant et pendant les Jeux. L'Équipe d'urgence de Justice 2010 du Bureau régional était le principal point de contact pour toutes les questions relatives aux Jeux. C'était aussi la « présence sur place » du Ministère aux Jeux, et des équipes d'avocats, ainsi que des spécialistes des communications et de la sécurité, étaient sur appel jour et nuit.

« Nous avons prévu nombre de possibilités et scénarios », affirme Keith Reimer, avocat-conseil, Gestion des risques juridiques et coordonnateur des Jeux au BRCB.

Par exemple, le Bureau régional et l'Administration centrale ont participé à de grands exercices d'urgence et de sécurité dans les 18 mois qui ont précédé les Jeux.

« Nous avons fait les exercices Bronze, Argent et Or ainsi que les préparations générales précédant les Jeux, de sorte que nous avons eu l'impression que le travail pendant les Olympiques était organisé et totalement sous contrôle. »

Les exercices Bronze, Argent et Or ont fait appel à des milliers de personnes et à des centaines d'organismes municipaux, provinciaux, fédéraux et internationaux, ainsi qu'au secteur privé, aux fournisseurs de transports, aux intervenants en situation d'urgence et de première ligne, aux prestataires de services publics et à de nombreuses autres parties intéressées. Les exercices étaient conçus pour aider les intervenants à se préparer à toute éventualité, y compris de multiples désastres simultanés.

Le Centre des opérations d'urgence de Justice de l'Administration centrale, où les avocats se rencontrent pendant une crise pour coordonner la réponse de divers avocats au pays, est également entré en action comme centre de coordination national du Ministère.

Nombre d'autres groupes essentiels se sont aussi mobilisés pour les Jeux.

Le Réseau national de Justice des Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver comprenait 120 avocats représentant nombre d'organismes et ministères fédéraux ayant un rôle à jouer pendant les Jeux olympiques.

L'Équipe d'urgence nationale de Justice était un plus petit réseau virtuel d'avocats de Justice représentant chaque secteur du Ministère, qui a collaboré aux enjeux de sûreté et de sécurité publiques aux Olympiques.

« Tout s'est vraiment bien passé, et conformément aux prévisions, pendant les Olympiques », dit Karen Moore, avocate-conseil, Services juridiques de Patrimoine canadien, et coordonnatrice du Réseau.

« Les exercices Argent et Or étaient vraiment excellents. Ils simulaient des incidents multiples, d'un niveau et d'une intensité supérieurs, ce qui constituait une excellente préparation aux conditions réelles. »

« Chacun savait comment circulait l'information et était conscient qu'il y avait des gens en poste pour répondre aux urgences », affirme Keith.

« Même si nous avons seulement eu à traiter des affaires de routine pendant les Jeux, c'était rassurant de savoir qu'à chaque étape, si le besoin s'était fait sentir, tout était en place pour répondre à n'importe quelle urgence de niveau élevé. Je pense qu'en soi, c'est là un héritage très fécond de toute l'expérience olympique. »

La flamme des Jeux olympiques et paralympiques est maintenant éteinte, mais le Ministère ne peut se reposer sur ses lauriers.

L'Équipe d'urgence et le Centre des opérations d'urgence de l'Administration centrale se préparent aux deux prochains événements à haute sécurité : le Sommet du G8 à Huntsville et le Sommet du G20 à Toronto cet été.

Compte tenu des acquis, de l'expertise et de l'expérience gagnés pendant les Jeux olympiques d'hiver de 2010, le Ministère s'estime fin prêt pour les sommets de 2010.

Date de modification :