Justice, c'est nous

Thérèse Thy Ngo

Photo de Thérèse Thy Ngo

Thérèse Thy Ngo apprécie vraiment la variété.

Après avoir obtenu son baccalauréat ès arts à l'Université d'Ottawa, elle est retournée à l'université chercher un diplôme d'enseignante.

Après avoir obtenu son diplôme en enseignement, Thérèse a ensuite décidé d'étudier le droit.

Trois ans plus tard et diplôme de droit en main, Thérèse a réalisé que l'apprentissage continu était clairement une priorité dans sa vie. Son défi suivant était d'établir un cheminement de carrière suffisamment varié et dynamique pour soutenir cette passion, défi qu'elle a relevé avec succès en travaillant au ministère de la Justice du Canada.

« Une carrière au ministère de la Justice n'est pas limitée à ce qu'on vous enseigne à la Faculté de droit », dit-elle.

« Ici, on peut presque tout faire. Si on veut, notre emploi peut changer complètement après quelques années, parce que nos aptitudes sont facilement transférables à un autre secteur de la pratique juridique. »

Thérèse a été engagée à la fonction publique en l'an 2000 à titre de conseillère sur l'équité en matière d'emploi au Portefeuille des minorités visibles.

« Je crois à la diversité en milieu de travail, affirme-t-elle avec conviction. La représentativité revêt toute son importance lorsque l'on est au service des Canadiens. Je cherchais l'occasion de travailler avec le Ministère pour collaborer à l'application de cette politique. »

En 2005–2006, après un an à titre de coprésidente, Thérèse est devenue présidente du Comité consultatif des minorités visibles du Ministère. Elle a conseillé le sous-ministre sur les enjeux ayant des répercussions sur l'embauche, le maintien en poste et le perfectionnement professionnel des employés issus d'une minorité visible.

« Je veux aider ceux qui ne peuvent se défendre. Si je suis en meilleure position pour attirer l'attention sur un enjeu, je peux être leur porte-parole. C'est ce que je voudrais pour moi si j'étais désavantagée », affirme-t-elle.

Elle a commencé à travailler à la Division du développement professionnel en 2003. Elle a élaboré des programmes ajustés aux besoins de formation juridique continue des avocats du Ministère et elle a aidé à concevoir de la documentation pour des conférences, des cours et des ateliers juridiques. Elle aime aider les employés à aller de l'avant dans leur cheminement de carrière.

Pendant qu'elle étudiait à temps partiel pour obtenir une maîtrise en éducation, Thérèse est devenue avocate et gestionnaire de programmes à la Direction générale des ressources humaines.

À titre de maître d'œuvre de deux initiatives importantes en matière de ressources humaines, le Programme national de mentorat et la Stratégie nationale de sensibilisation et de recrutement pour le renouvellement de la fonction publique, Thérèse a trouvé un moyen de partager sa passion pour la croissance.

Le Ministère convient que les relations interpersonnelles, en particulier entre collègues, sont un important volet de l'apprentissage et il a ajouté des méthodes moins conventionnelles à son programme de formation continue.

L'encadrement est une relation d'apprentissage qui donne au mentor et à l'associé (la personne encadrée) une occasion d'échanger et d'approfondir leurs capacités personnelles et professionnelles. Cette relation peut devenir un moyen utile de communiquer les valeurs institutionnelles et les connaissances ministérielles, et aussi d'aider à intégrer les nouveaux employés.

« Une carrière au ministère de la Justice n'est pas limitée à ce qu'on vous enseigne à la Faculté de droit.  »

« Vous ne voulez pas perdre 20 ans d'expertise quand quelqu'un part à la retraite. Il est important de donner aux employés l'occasion d'échanger leur expérience et leurs connaissances avec les autres. Mon rôle est de faciliter ce processus », dit Thérèse.

Depuis le lancement en septembre 2008, plus de 680 employés se sont inscrits au programme, preuve que nombre de ses collègues ont la même vision.

Outre la variété de son travail et l'occasion de donner suite à ses intérêts, Thérèse apprécie aussi la souplesse du travail à la fonction publique.

« Nous avons la technologie pour le télétravail, par exemple. Vous avez accès à tout, presque partout », soutient-elle.

Elle a un horaire de travail comprimé et des heures variables depuis qu'elle a commencé au Ministère; ayant deux jeunes enfants, elle aime décider du début et de la fin de sa journée de travail.

« Tant que vous faites vos heures de travail, il y a beaucoup de liberté. Il est important d'avoir une discussion franche avec votre gestionnaire sur vos dispositions de travail. Les gestionnaires vous soutiennent vraiment et quelques uns de mes superviseurs m'ont réellement inspirée », conclut-elle.

Elle-même une inspiration, Thérèse apprécie son nouveau rôle à titre d'avocate qui soutient la mise en œuvre du programme de changement du Ministère, pour garantir que celui ci est toujours pertinent et efficace pendant que le gouvernement répond aux demandes toujours changeantes.

La prochaine étape de la carrière de Thérèse devrait se révéler fertile en apprentissages, tout juste ce qu'elle préfère.

Photo de Thérèse Thy Ngo

Date de modification :